NOUVELLES ET ÉVÈNEMENTS | 15 février 2019

Un nouveau centre d’apprentissage et de garde d’enfants à l’Université de Saint-Boniface

Éducation de la jeune enfance

Un centre d'apprentissage et de garde d'enfants verra le jour à l'Université de Saint-Boniface grâce à des investissements importants des gouvernements fédéral et provincial. L'annonce a été faite le vendredi 15 février dans le cadre d'une conférence de presse au Hall Provencher de l'Université.

Le nouveau centre permettra d’offrir des services en français aux enfants dont les parents étudient ou travaillent à l’Université de Saint-Boniface, ou encore dans la communauté.

« Au fil des générations, les francophones de toutes les régions du Canada ont gardé leur langue et leur culture bien vivantes, mentionne l'honorable Mélanie Joly, ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie. Cela passe par l’accès à l’éducation et des expériences culturelles dans sa langue, dès le plus jeune âge. C’est pourquoi je suis heureuse d’annoncer le financement de ce centre d’apprentissage et de garde d’enfants pour que les enfants puissent vivre dans un environnement francophone toute la journée. »

M. Dan Vandal, secrétaire parlementaire du ministre des Services aux Autochtones et député de Saint-Boniface–Saint-Vital, souligne pour sa part l'impact que le projet aura sur le développement et à l’épanouissement de la communauté d'expression française de la province. « Le projet de service de garde de l’Université de Saint-Boniface est important pour la communauté francophone du Manitoba, car il permettra aux enfants, dès leur plus jeune âge, de vivre en français ailleurs qu'à la maison. »

Le nouveau centre sera situé sur le campus de l’Université, dans un édifice d’un étage et d’une superficie de 7 800 pieds carrés. Il pourra accueillir 80 enfants, soit 16 poupons et 64 enfants d’âge préscolaire.

Le centre accueillera d'ailleurs des stagiaires du programme Éducation de la jeune enfance de l’École technique et professionnelle de l'USB. Les éducatrices et éducateurs qui y seront formés pourront ensuite travailler dans l’ensemble des services de garde du Manitoba.

Le cout total du projet est de 6,15 millions de dollars. Le gouvernement du Canada, par l'entremise du Plan d'action pour les langues officielles 2018-2023, y investit 2,077 millions de dollars sur 3 ans. Le gouvernement du Manitoba a accordé une somme de 900 000 $ au projet. Vient aussi s'ajouter la somme de 750 000 $ de la part de l'Association étudiante de l'USB.

Le Plan d’action pour les langues officielles propose des investissements inégalés de 2,7 milliards de dollars sur 5 ans, dont 500 millions de dollars en nouveaux fonds, pour appuyer les communautés en situation minoritaire et promouvoir le bilinguisme partout au pays.

« Nous nous réjouissons de cet investissement significatif de la part du gouvernement canadien et de la province du Manitoba, dit le recteur de l'USB Gabor Csepregi. Les étudiantes et les étudiants, le personnel ainsi que la communauté bénéficieront grandement d’un tel centre, sachant que des services de qualité, valorisant la langue et la culture française, permettront à 80 enfants de forger leur identité franco-canadienne dès un jeune âge et ainsi agrandir l’espace francophone au Manitoba. »

En parallèle à cette nouvelle s'est faite l'annonce d'une entente entre les deux paliers gouvernementaux fédéral et provincial pour appuyer l’offre de services provinciaux et municipaux dans la langue de la minorité, soit le français, dans la province.

Dans le cadre de cette entente, les gouvernements du Canada et du Manitoba accorderont 7 millions de dollars chacun sur cinq ans, soit un total de 1,4 million de dollars par année. Ces fonds permettront à la province d’offrir des services et des programmes en français dans plusieurs domaines tels que les services de garde à la petite enfance, le développement économique, le tourisme, et la santé et les services sociaux. Cet investissement s'ajoute aux fonds prévus dans le Plan d’action pour les langues officielles 2019-2023 pour soutenir les communautés de langue officielle en situation minoritaire et préserver la dualité linguistique partout au pays.

 

© 2013-2019 Université de Saint-Boniface