NOUVELLES ET ÉVÈNEMENTS | 24 mai 2019

Trois prix Riel pour des anciens de l’USB

Karine Pilotte, diplômée de l'Université de Saint-Boniface.

Karine Pilotte, détentrice d'une maitrise en éducation de l'USB et récipiendaire d'un prix Riel.

Des prix Riel sont décernés chaque année depuis 1983 pour honorer l’engagement communautaire de francophones dans divers domaines. Sur quatre prix cette année, trois ont été remis le 23 mai dernier à des diplômés de l’Université de Saint-Boniface (USB), dont Denise Lécuyer, Paul Desrosiers et Karine Pilotte.

Aux ondes radio

Denise Lécuyer a reçu un prix Riel dans la catégorie Communications pour sa contribution bénévole exceptionnelle à la radio communautaire Envol 91 FM. Diplômée d’un baccalauréat ès arts à l’USB en 1981, elle est impliquée dans la radio depuis plus de 25 ans. Elle a même été présidente d’Envol 91 FM de 1997 à 1998, et anime présentement l’émission Punch aux fruits sur ses ondes.

Valoriser la culture métisse

Paul Desrosiers a reçu un prix Riel dans la catégorie Patrimoine pour sa contribution envers la culture métisse du Manitoba. Diplômé d’un baccalauréat en éducation en 1972 à l’USB, il a enseigné pendant 33 ans. C’est pendant ses années d’enseignant qu’il s’est intéressé à ses origines Métis.

« Je suis un passionné de chasse, et j’ai longtemps échangé mes peaux de chevreuil pour des mitaines. Après, ça ne se faisait plus, alors il me restait les peaux de chevreuil. J’en ai fait du cuir dur que je montais en tambours, comme le faisaient les Métis. »

Ainsi, l’une des contributions notoires de Paul Desrosiers est l’animation d’ateliers, dans lesquels l’homme montre comment fabriquer un tambour de 16 ou 17 pieds de diamètre.

Pour sa communauté et sa famille

Pour sa part, Karine Pilotte a une maitrise d’éducation avec une spécialisation en counseling scolaire. Elle a été diplômée de l’USB en 2016 et est en vue de terminer un post-baccalauréat en administration scolaire, toujours à l’USB.

Elle a reçu un prix Riel pour son engagement dans sa communauté d’Île-des-Chênes. C’est elle notamment qui a remis sur pied le comité culturel de son village il y a cinq ans.

Elle explique : « Quand je me suis renseignée sur des activités culturelles en français pour mon mari et moi et nos trois enfants, j’ai appris qu’il n’y avait quasiment plus rien. J’ai décidé de redonner vie au comité culturel.

« Depuis, chaque année, nous organisons huit à dix activités, dont un cours d’art en français. J’en suis pas mal fière, car c’est le seul cours d’art proposé en français au Manitoba rural! »

Karine Pilotte est également fière des divers partenariats issus de la remise sur pied du comité culturel, notamment avec l’École/Collège régional Gabrielle Roy, le Centre de la petite enfance et de la famille (CPEF) et la Bibliothèque Ritchot.  

© 2013-2019 Université de Saint-Boniface