Un parcours empreint de compassion

 

Une enseignante et 3 élèves faisant cours

 

La tête remplie de souvenirs, Florette Giasson, directrice de l'École de travail social, prépare son départ. Après plus de quinze années d'enseignement à l'Université de Saint‑Boniface (USB), elle quitte ses fonctions pour enfin fermer la boucle sur une carrière remarquable.

Pour l'amour de la francophonie

Loin de se douter qu'une grande partie de sa carrière se déroulerait au même endroit, Florette Giasson sillonnait les couloirs de l'Université de Saint-Boniface pour la première fois alors qu'elle fréquentait le Collège secondaire de Saint-Boniface.

« À cette époque, le Collège était divisé en deux… J'ai d’abord fréquenté le côté secondaire soit de la 9e à la 12e année, puis je suis passée du côté universitaire pour obtenir mon baccalauréat ès arts avec une majeure en psychologie. »

Nouvellement bachelière, son sens de la compassion pour son prochain la mène à poursuivre ses études à l'Université du Manitoba, où elle y décroche un baccalauréat puis une maitrise en travail social.

À la fin des années 90, les employeurs remarquaient un manque flagrant de travailleurs sociaux francophones pour pourvoir des postes bilingues. Afin de répondre à ce besoin criant, un comité consultatif, auquel Florette Giasson siège toujours, a été mis sur pied afin d'évaluer la possibilité d'offrir un programme de travail social en français.

« C'était unanime! Il était hors de question de ne pas offrir ce programme en français. Mon parcours scolaire s'est déroulé en français toute ma vie et le fait de devoir poursuivre mes études dans une autre langue, qui n'est pas ma langue maternelle, m'a fait ressentir une grande insécurité linguistique. Personnellement, si mon programme avait été offert en français, j'aurais sauté sur l'occasion sans hésitation! »

Après plusieurs discussions, c'est finalement en 2007 que l'USB accueille la toute première cohorte de son nouveau programme de baccalauréat en travail social. L'année suivante, Florette Giasson est embauchée à titre de professionnelle-enseignante. Ce nouveau poste lui permet de travailler dans un univers majoritairement francophone, un rêve qu'elle caressait depuis le début de sa carrière.

Dès 2009, la Franco-Manitobaine porte un tout nouveau chapeau, celui de directrice de l'École de travail social, un poste qu'elle maintient jusqu'à la retraite. Sous sa direction, l'École a d'ailleurs obtenu son tout premier agrément, pour une durée de quatre ans.

« En 2013, nous avons déposé l'autoévaluation de notre programme en travail social. On nous a accordé l'agrément sous réserve de certaines conditions auxquelles nous avons vite satisfait. »

Sous l'œil vigilant de cette travailleuse sociale acharnée, l'USB obtient, en 2018, l'agrément pour quatre années supplémentaires.

Un départ en douceur

Parmi les temps forts de sa carrière à l'USB, Florette Giasson retient surtout le bonheur de travailler avec les étudiantes et étudiants. Elle explique cela en disant : « Les étudiants et la profession me passionnent! Je ne serais pas restée dans ce domaine pendant 40 ans si je n'avais pas cette passion qui m'habite. Ce n'est pas une profession qui est facile, nous travaillons constamment auprès d'une clientèle vulnérable. Mais, c'est tellement gratifiant d'établir un lien de confiance et de prendre part à ses transformations.

« Les étudiants nous poussent à nous développer, à nous regarder et à nous questionner. Ils sont des acteurs clés dans la profession. »

À la retraite, Florette Giasson envisage de voyager, surtout au mois de janvier, confie-t-elle avec un brin d'humour. « En travail social, on ne quitte pas vraiment la profession… » Afin d'assurer la continuité de certains de ses projets, Florette conservera un lien avec l'École de travail social. « J'ai beaucoup aimé mes années ici, je continuerais donc d’être chargée de cours à la session d’hiver 2024. »

En attendant, Florette savoure ses derniers moments à l'USB.
« J'ai choisi l'USB et j'ai eu une carrière fort intéressante. J'ai accompli des choses que je n'aurais jamais imaginées! Je suis fière du chemin qu'a parcouru l'École et j’ai confiance que la personne qui me succèdera continuera de la faire grandir. »

Renouvèlement de l'agrément du baccalauréat en travail socia

Récemment, avec l'équipe de travail social et de la Faculté d'éducation et des études professionnelles (FEEP), la directrice a participé encore une fois à la démarche d'agrément du programme de baccalauréat en travail social. Ce dernier a reçu l'agrément, mais pour une période de 8 ans, cette fois, soit la durée maximale autorisée, par l'organisme d'agrément des programmes de baccalauréat en service social (BSS) et de maitrise en service social (MSS) au Canada, l'Association canadienne pour la formation en travail social (CASWE-ACFTS).

Il s'agit d'une importante reconnaissance du travail effectué par l'équipe de l'École de travail social, de ses partenaires et de sa directrice, Florette Giasson.

« Cet agrément est encore plus significatif pour moi, nous confie la directrice sortante de l'École de travail social. Cela démontre le travail que nous avons fait pendant ces 14 années et j'espère que ce sera un de mes legs à l'USB. »

 

Voir d'autres profils

© 2013-2024 Université de Saint-Boniface