NOUVELLES ET ÉVÈNEMENTS | 16 mars 2023

Les Jésuites du Canada publient une liste de membres visés d’allégations de nature sexuelle

Le Collège en 1924.Le Collège en 1924.

 

L'Université de Saint-Boniface a récemment pris connaissance d'un communiqué diffusé par les Jésuites du Canada révélant les noms de membres de leur ordre religieux accusés de crimes sexuels. Trois personnes ayant séjourné à l'USB à l'époque du Collège ont été nommées. Sophie Bouffard, rectrice de l'USB, offre la communication ci-dessous.

 

Le 13 mars 2023, les Jésuites du Canada ont publié un communiqué de presse accompagné d’une liste dans laquelle ils divulguent les noms de jésuites accusés de manière crédible d’abus sexuels sur des mineurs au cours des dernières décennies, et ce, à travers le pays. Bien que cette liste soit muette sur le lieu exact où ces abus ont été commis, elle énumère plutôt l’ensemble des affectations pastorales de chaque individu. Malheureusement, parmi eux figurent trois jésuites ayant œuvré au sein du Collège Saint-Boniface entre 1923 et 1955.

L’Université de Saint-Boniface a pris connaissance de la nouvelle en même temps que le public. L’Université ne détient à ce jour aucune information quant à la nature des gestes commis ni les contextes dans lesquels ils se sont déroulés. Nous pouvons cependant confirmer avec grande tristesse les noms et les années de service de ces trois jésuites : Wilfrid Harris (1939-1942), Fernand Desrochers (1946-1955) et William (Guillaume) Savoie (1923-1924).

Pour en savoir davantage sur la démarche entreprise par les Jésuites du Canada, nous vous invitons à prendre connaissance du communiqué signé par le Supérieur provincial. Des détails additionnels y sont présentés, incluant des ressources pour le soutien offert aux victimes et leurs proches.

Nous reconnaissons les conséquences douloureuses à long terme des traumatismes causés aux victimes d’abus et tenons à saluer le courage des personnes qui ont pris la parole.

À noter que les jésuites ont quitté le collège en 1967 et que l’établissement est devenu laïque en 1969. L’Université de Saint-Boniface espère que la décision des Jésuites du Canada de diffuser cette liste aidera les victimes et leurs familles dans leur processus de guérison.

L’Université de Saint-Boniface encourage toute personne ayant subi des abus sexuels de la part d'un jésuite à communiquer avec les autorités policières, avec l'agence de protection de l'enfance locale ainsi qu'avec l'ordre religieux.

Bien que nous ne puissions pas effacer ces faits condamnables appartenant au passé, sachez que l’Université de Saint-Boniface est activement engagée à cultiver un environnement sain, sécuritaire, humain et propice à l’épanouissement.

L’Université de Saint-Boniface a à cœur le mieux-être des membres de sa communauté. Ceci se reflète notamment dans les nombreuses mesures qu’elle a mises en œuvre au cours des dernières décennies afin d’offrir un milieu de vie et d’études respectueux. Un exemple tangible est l’adoption d’une Politique en matière de violence à caractère sexuel, incluant la réception des plaintes et des dénonciations, un processus d’accompagnement et d’intervention, de la formation, de la sensibilisation et la mise en place d’un comité de prévention de la violence à caractère sexuel.

Tout ceci et encore plus pour permettre à l’Université de Saint-Boniface de créer un environnement sain pour tous.

 

Sophie Bouffard, rectrice de l'USB

 

© 2013-2024 Université de Saint-Boniface