PROFILS | Publié : novembre 2020

L’autocorrecteur : l’embuche dans l’évaluation écrite

Pierre Minkali-Ntadi vu par le biais d'une tablette.

Le professeur Pierre Minkala-Ntadi a dû adapter ses cours afin d'assurer une évaluation juste.

Comment mener à bien ses cours tout en étant à distance? Voilà l’interrogation première de Pierre Minkala-Ntadi, chargé de cours à l’Université de Saint-Boniface (USB).

Au cours de l’intersession 2020, qui était offerte à distance, Pierre Minkala-Ntadi donnait les cours FRAN 1001 Grammaire de l’écrit, FRAN 1005 Grammaire de l’écrit, de l’École des sciences infirmières et des études de la santé (ESIES), et FRAN 106 Français I et FRAN 107 Français II, de l’École technique et professionnelle (ETP). Ces cours ont la particularité d’avoir une évaluation qui porte sur plusieurs rédactions.

« Je ne pouvais pas demander à mes étudiants de rédiger sur Word, car le correcteur d’orthographe les aurait aidés et l’évaluation n’aurait eu aucune valeur », explique le chargé de cours. C’est avec cette contrainte en tête que Pierre Minkala-Ntadi a exploré plusieurs options. « Je suis tombé sur un article traitant d’une plateforme numérique conçue pour les évaluations en ligne : Formative, qui offrait la possibilité de facilement intégrer un long texte de plus de 500 mots. »

Après divers essais, Pierre Minkala-Ntadi a finalement choisi cette plateforme et s'en dit satisfait. « Je commence par créer mon devoir directement sur la plateforme. Formative génère alors un code de connexion que je partage avec mes étudiants par voie d’une rencontre Zoom. Ils n’ont pas besoin de créer un compte sur la plateforme pour y travailler.

« Une fois connecté, je vois les noms de tous mes étudiants sur la page du devoir. Dès lors, je peux surveiller la saisie, lettre après lettre, de n’importe quel étudiant en train de composer son texte. À la fin de la rédaction, les étudiants n’ont qu’à soumettre leur devoir et c’est terminé. De plus, une fois soumis, leur devoir ne leur est plus accessible; aucune modification ne peut y être apportée. »

Le professeur doit par la suite récupérer chaque devoir puis le copier-coller dans un fichier Word individuel afin d’effectuer les corrections. Il peut ensuite renvoyer à chaque étudiant sa copie corrigée.

C’est donc en ajoutant Formative à sa boite à outils que Pierre Minkala-Ntadi aura trouvé sa solution la plus adaptée face à une pandémie qui impose la distance.

 

Voir d'autres profils

© 2013-2020 Université de Saint-Boniface