PROFILS | Publié : janvier 2024

L'apprentissage sans relâche

Marguerite Tölgyesi, étudiante à la maitrise en études canadiennes et interculturelles.Marguerite Tölgyesi, étudiante à la maitrise en études canadiennes et interculturelles.

Née à Val-D'Or, au Québec, et élevée dans le nord de l'Ontario, Marguerite Tölgyesi a vu du pays : elle a déménagé au Nunavut, puis en Espagne avant de s'établir au Yukon où elle vit depuis maintenant dix ans. Débordante de questions sur le monde qui l'entoure, elle s'est récemment orientée vers la maitrise en études canadiennes et interculturelles de l'Université de Saint-Boniface (USB), un programme flexible offert en ligne qui s'adapte bien à sa réalité d'errante.

Des intérêts variés

Avant d'intégrer l'USB, Marguerite s'était lancée initialement dans des études en éducation pour finalement se diriger vers un baccalauréat multidisciplinaire en sciences politiques, géographie et études nordiques, qu'elle a obtenu en 2022.

Issue d'une famille de pédagogues, elle décrit sa curiosité comme étant l'une des plus belles qualités qu'on lui a transmises et la raison pour laquelle elle a décidé de poursuivre ses études au cycle supérieur.

« L'éducation postsecondaire nous prépare et nous encourage à saisir les opportunités qui nous seront présentées tout au long de notre parcours. En poursuivant mes études au deuxième cycle universitaire, je voyais une occasion de créer des liens avec des chercheurs et des professionnels qui partagent les mêmes intérêts que moi. »

Un intérêt indéniable pour la francophonie

La maitrise en études canadiennes et interculturelles offerte à l'USB, unique en son genre au Canada, s'est imposée à Marguerite comme un choix naturel pour continuer ses études non seulement pour approfondir ses connaissances et réflexions dans un domaine qui la passionne, mais aussi pour réaliser tout cela en français.

« J'ai connu la communauté franco-manitobaine à travers le Réseau jeunesse, continue Marguerite, et j'ai tout de suite aimé son histoire et ses valeurs. Je trouve que l'USB est un établissement qui représente bien cette communauté. »

« Quand j'ai rencontré le directeur du programme de maitrise, monsieur Paul Morris, il m'a mise en confiance, et j'ai compris que l'USB correspondait bien à mes attentes. »

Et que dire de ses aspirations professionnelles? « Je n'ai pas de plan professionnel précis, mais j'aimerais beaucoup continuer de travailler pour la francophonie canadienne. Je me vois faire plusieurs choses, que ce soit au gouvernement ou au sein d'organismes communautaires. J'espère pouvoir continuer de servir ma communauté. »

Des expériences pour s'épanouir

« Ma mère nous a toujours dit que si on voulait changer les choses, il fallait s'impliquer. » Grâce à son engagement, Marguerite réussit à saisir des occasions uniques qui lui permettent d'élargir ses horizons et de nourrir son esprit.

Elle a notamment occupé le poste de présidente de la Fédération de la jeunesse canadienne-française, a agi en tant que présidente du Parlement jeunesse pancanadien en plus de première ministre du Parlement franco-canadien du Nord et de l'Ouest et elle siège actuellement au conseil d'administration de la Fédération des communautés francophones et acadiennes du Canada.

D'ailleurs, en mai dernier, l'étudiante s'est jointe à la délégation canadienne invitée au couronnement de Sa Majesté le roi Charles III.

Formée d'une douzaine de Canadiennes et Canadiens, la délégation avait pour mandat de représenter le pays dans toute sa diversité. La délégation était notamment composée de dirigeantes et dirigeants autochtones, d'astronautes, de jeunes femmes âgées de moins de 30 ans et d'une seule francophone, Marguerite Tölgyesi!

Parmi les dirigeants mondiaux et les membres de la royauté, Marguerite a eu l'occasion de rencontrer la gouverneure générale Mary Simon ainsi que le premier ministre Justin Trudeau.

« Ce fut un honneur de discuter des enjeux touchant les francophones en situation minoritaire avec le premier ministre lors d’une soirée qui s'est tenue à la Maison du Canada, à Londres. Pour moi, cette expérience est presque surréelle, mais surtout inoubliable! »

Une photo de Katy Perry en compagnie de Marguerite dans l'abbaye de Westminster a aussi été largement diffusée dans les médias.

 

Voir d'autres profils

© 2013-2024 Université de Saint-Boniface