PROFILS | Publié : aout 2018

L'amour de la chimie

Lamine DiopLamine Diop, professeur de chimie.

Après 27 ans d’enseignement à l’Université de Saint-Boniface (USB), Lamine Diop s’apprête à prendre sa retraite. À la veille de conclure un important chapitre de sa vie, les émotions sont mitigées, mais une chose est certaine : le professeur de chimie gardera de doux souvenirs de ses années à l’USB.

Originaire du Sénégal, Lamine Diop a d’abord obtenu un diplôme universitaire technologique en génie chimique à Dakar. Il part ensuite en Allemagne, pour effectuer un stage dans le domaine du traitement des eaux usées. « Après ce stage, je suis vraiment tombé amoureux de la chimie. Je suis alors retourné en Allemagne pour continuer mes études. »

À Brême, dans le Nord de l’Allemagne, il obtient une maitrise, puis un doctorat, toujours en chimie. C’est aussi dans ce pays qu’il rencontre son épouse et où ses enfants sont nés. « Ce n’était pas facile de vivre en Allemagne à cette époque. Avec mon épouse, nous voulions trouver un terrain neutre : ni l’Allemagne, ni le Sénégal. »

C’était en septembre 1991. Il laisse sa femme et ses enfants en bas âge pour s’envoler à Winnipeg, plus précisément à Saint-Boniface, là où l’USB recherchait du personnel enseignant, pour ce qui devait être, au départ, un an d’enseignement. « C’est le hasard qui nous a menés vers le Canada », ajoute-t-il. 

« J’ai beaucoup aimé l’accueil et les gens. Je me suis tout de suite senti chez moi. J’ai demandé à mon épouse de venir voir par elle-même. Après un an, elle est venue avec les enfants, et nous ne sommes jamais repartis. »

Chimie organique, physique ou bien analytique, pendant sa carrière à l’USB, Lamine Diop a donné tous les cours de chimie sauf ceux de première année.

Molécules, synthèse, atomes… L’enseignant en parle avec une passion contagieuse. « La beauté de la chimie, c’est que tout vient de la nature. Par exemple : on prend une plante et on l’analyse minutieusement, grâce à des techniques modernes, pour savoir quelles sont ses molécules. Et on essaie de savoir si elle y a des propriétés thérapeutiques. C’est un domaine tellement vaste. »

Lorsqu’on lui demande quels sont ses plus beaux souvenirs à l’USB, Lamine Diop répond sans hésitation : « les étudiants ». Il raconte ses anecdotes préférées, notamment lorsque certains étudiants, des années plus tard, le reconnaissent. « Je suis toujours surpris lorsque les étudiants se souviennent de moi. Certains m’ont transmis de très gentils mots. Cela fait vraiment chaud au cœur. »

« Il y aura évidemment un peu de tristesse au moment de partir. L’enseignement, c’est toute ma vie. Être chaque année en contact avec cette jeunesse rafraichissante, cela maintient jeune! Mais, après un certain âge, il est temps de faire autre chose. »

Même si l’heure de la retraite a presque sonné pour Lamine Diop, difficile de ranger la blouse de chimiste au placard. Il espère bien toujours avoir un pied dans le laboratoire. « J’adore travailler dans le labo. Si possible, j’aimerais toujours être impliqué dans les recherches de l’USB, donner un coup de main de temps en temps et partager mon expertise. Et continuer d’explorer le si beau monde de la chimie! »

 

Voir d'autres profils

© 2013-2018 Université de Saint-Boniface