PROFILS | Publié : janvier 2020

Du Cameroun à Winnipeg, un choix difficile mais judicieux

Raphël Nguimbus, en 2009, accompagné de deux étudiantes.

Raphaël Nguimbus, en 2009, accompagné de deux étudiantes.

Winnipeg comme destination n’était pas un choix évident pour cet homme d’origine camerounaise. Raphaël Nguimbus avait reçu deux offres d’emploi. Une qui l’emmènerait à Chicago, l’autre vers la grande ville la plus froide du Canada. En 2003, c’était décidé lorsqu’il posait ses valises à l’Université de Saint-Boniface (USB) comme professeur de marketing, gestion de projets et comportements du consommateur.

Un choix qui s’est avéré judicieux, puisque Raphaël Ngimbus et sa famille ont décidé de s’établir à long terme à Winnipeg. « Mes enfants se sont vite intégrés à la ville, et l’USB a été très accueillante. Le cadre à l’USB était très propice à la réflexion, ce qui m’a permis de développer une bonne éthique de travail. »

Arrivé à Montréal en 1987 où il a fait sa maitrise en science du marketing, puis son doctorat en marketing et management à HEC Montréal, il a passé par la suite 11 mois au Nouveau-Brunswick en tant que professeur agrégé à l’Université de Moncton, avant de partir enseigner à l’USB.

Seul ou en équipe, l’ancien professeur a apprécié toutes ses possibilités de travail à l’USB. « Je suis du genre à aimer travailler seul, confie-t-il. Ça demande des efforts supplémentaires parce qu’il n’y a pas de retour des collègues. Mais je suis aussi très fier de plusieurs travaux que j’ai eu l’occasion de réaliser en collaboration avec d’autres, des personnes de grande renommée. »

À l’USB, outre ses travaux de recherche, Raphaël Nguimbus a donné plusieurs cours en administration des affaires. Il a également publié quelques articles, notamment « An Economic and Mathematical Analysis of Gasoline Station Location : A Case Study » dans Les Cahiers du GERAD (Group for Research in Decision Analysis), une étude sur la maximisation des profits axée sur l’emplacement et la taille d’une station-service dans diverses structures de marché de détail.

À l’heure de sa retraite, la mission à l’USB du professeur Nguimbus est aujourd’hui terminée, mais il a encore bien des projets : « Je prévois retourner chez moi au Cameroun. Je vais donner des cours de chaine logistique et de gestion marketing à l’Université de Douala. Je rentre pour les jeunes camerounais, parce qu’il y a là-bas des étudiants brillants, mais qui n’ont pas la chance de venir ici et de recevoir une formation. Je vais donc leur apporter cette formation sur place. »

Un retour qui boucle la boucle, et qui dit merci. Raphaël Ngimbus explique : « Je rentre pour redonner à mon pays ce qu’il m’avait donné il y a une trentaine d’années. En effet, c’est une bourse d’études que j’avais reçue de l’Université de Douala, en 1987, qui m’a permis de faire ce long parcours professionnel au Canada. »

Il est tout aussi reconnaissant de ses 16 ans d’expérience à l’USB : « Mes collègues ont été admirables. Faire cours aux étudiants a été une véritable passion pour moi. Tout ce que je vais aller transmettre aux étudiants du Cameroun, c’est à l’USB que je l’ai appris. »

 

Voir d'autres profils

© 2013-2020 Université de Saint-Boniface