PROFILS | Publié : avril 2017

Une invention révolutionnaire en apiculture

Fernand Saurette présente son invention, le Beegloo

Fernand Saurette, professeur au Département des sciences expériementales à l'USB, présente son invention, le Beegloo. 

Fernand Saurette vit deux passions depuis 20 ans : l’enseignement de la biologie à l’Université de Saint-Boniface (USB) et l’apiculture. Passionné des abeilles, ce professeur est à l’origine d’une invention pour leur survie : Beegloo.

L’idée lui est venue après avoir suivi un cours d’apiculture à l’Université du Manitoba, dédié aux abeilles solitaires. « On ne parle presque que des abeilles à miel. Certes, elles ont leur rôle. Mais les 25 autres espèces d’abeilles, bien qu’elles ne produisent pas de quantité abondante de miel, affirme-t-il, devraient autant être considérées quand on parle d’environnement. »

Ces 25 autres espèces d’abeilles sont appelées « abeilles solitaires » ou « abeilles sauvages ». Elles sont parfois difficiles à distinguer, et même souvent peu appréciées, car on les confond avec les guêpes. Pourtant, Fernand Saurette explique qu’elles sont plus efficaces dans la pollinisation et, surtout, elles sont essentielles à notre environnement  : « En pollinisant, les abeilles solitaires produisent 95 % de notre nourriture et nous aident à produire nos plantes, nos fruits, nos légumes. Si l'on ne prend pas soin des abeilles, elles disparaitront, et donc notre nourriture aussi. »

Alors, Fernand Saurette a créé Beegloo. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un abri pour abeilles en forme de petit igloo. Amateur de poterie, ce professeur construit lui-même ces abris à base de céramique, et il a confiance que son invention sera une réussite. « Pour mesurer le taux d’occupation, j’en ai déjà placé quelques-uns au Mexique, dit-il. Selon mes recherches, cela va très bien fonctionner! »

En effet, l’invention de ce professeur a une particularité que ne possèdent pas les autres abris sur le marché : Beegloo peut être utilisé toute l’année, même l’hiver! Fernand Saurette explique cette idée révolutionnaire qui a pour but d’accueillir les mères abeilles et leur progéniture, et donc de protéger l’espèce : « La neige est le meilleur isolant au monde. Une fois que les températures baissent, il faut mettre le Beegloo sous la neige. Ainsi, les abeilles tiendront l’hiver, car elles sont autosuffisantes, au chaud et également protégées des prédateurs. »

Au printemps, les nouveau-nés sortiront du nichoir et resteront proches de leur lieu de naissance. Ces abris permettent ainsi d’encourager la présence d’abeilles sauvages du Manitoba dans nos propres jardins.

Avec Beegloo, Fernand Saurette veut inciter la discussion. « On parle très souvent des insectes qui sont nuisibles, mais je pense qu’il faudrait plutôt se focaliser sur ceux qui sont bénéfiques. Mon but est d’aider le grand public à apprécier toute la diversité des abeilles. J’aimerais que chaque personne ait son propre Beegloo, confie-t-il, et que cela aide à discuter de l’importance des insectes dans le monde. »

Prochainement, le Beegloo sera intégré au cours Énergie et environnement du professeur Saurette, ainsi que rendu disponible pour tous sur le marché.

 

Voir d'autres profils

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface