NOUVELLES ET ÉVÈNEMENTS | 5 avril 2017

L’espoir d’une société plus juste

Maria Arentsen à l'entrée du Pavillon Marcel-A.-Desautels

Maria Fernanda Arentsen, initiatrice d'un projet de recherche sur le handicap

Maria Fernanda Arentsen s’intéresse à la question du handicap depuis de nombreuses années. En janvier 2017, elle et ses collègues ont obtenu une subvention de 10 000 $ du Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH) pour un projet de recherche en collaboration avec Normand Boucher (Université de Laval).

Ce projet s’intitule précisément « Travail, politique et handicap : analyse comparative des politiques en soutien à la transition et à l’intégration au travail des personnes ayant des incapacités au Québec et au Manitoba ». Pour cette mission, Maria Fernanda Arentsen et son équipe de chercheurs collaborent avec le Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS), et plus particulièrement avec le sociologue et politologue Normand Boucher.

« En général, les personnes en situation de handicap sont sous-employées, explique Maria Fernanda Arentsen. Au Manitoba, c’est un problème encore plus grave concernant les jeunes francophones en situation de handicap, car ils appartiennent doublement à une minorité. »

Grâce à cette étude comparative entre le Québec et le Manitoba, les chercheurs espèrent aller de l’avant. « Notre but est d’avoir une idée plus concrète de ce qu’il se passe, partage cette professeure de l’USB. C’est un travail important pour définir les défis et les besoins des jeunes, et, par la suite, partager ces informations avec le gouvernement pour que quelque chose soit mise en place. »

Plus qu’une question d’actualité, c’est une thématique personnellement importante pour Maria Fernanda Arentsen, sur laquelle elle travaille depuis presque dix ans. « Je me sens très concernée et touchée par ce sujet. On voit souvent les personnes ayant des incapacités comme des problèmes. Nous avons tous des potentialités et quelque chose à apporter. Nous avons tous des besoins. Certains en ont juste plus que d’autres, c’est tout. Il s’agit de travailler pour enlever les barrières pour vivre dans des sociétés plus justes. »

D’ailleurs, le 28 avril prochain se déroulera la Journée franco-manitobaine de réflexion sur le handicap. « C’est une journée ouverte à toute la communauté francophone du Manitoba, souligne Maria Fernanda Arentsen. Toutes les personnes concernées de près ou de loin par le handicap sont invitées. Je pense que cela va beaucoup nous aider dans notre recherche, mais aussi, à plus grande échelle, aider le gouvernement à savoir plus sur cette situation. »

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface