NOUVELLES ET ÉVÈNEMENTS | 21 septembre 2017

La bourse Gilbert-Rosset fait réaliser des rêves

La bourse Gilbert-Rosset de l’Université de Saint-Boniface a de nouveau fait des heureux. Le chanceux récipiendaire cette année : le Comité culturel de Sainte-Anne, qui s’est démarqué grâce à un projet de théâtre qui mêle communautaire et intergénérations. Diane Connelly, directrice du Comité culturel de Sainte-Anne, s’en réjouit d’avance et voit l’avenir briller grâce à cette aide précieuse.

Tout se concrétisera dans les mois à venir. Bien que ce projet ne soit qu’à ses prémices, l’excitation est au rendez-vous au Comité culturel de Sainte-Anne. « Quelle belle surprise, s’exclame Diane Connelly. On a tellement de rêves et de projets. Grâce à cette aide, ils deviendront réalité. »

Depuis 1999, le Fonds de bourses Gilbert-Rosset offre un appui financier pouvant s’élever jusqu’à 1 000 $. En l’honneur de feu Gilbert Rosset, ce fonds appuie la réalisation d’un projet portant soit sur l’éducation et la pédagogie, soit sur le domaine du théâtre.

Pour le théâtre, les critères sont assez larges. Néanmoins, le projet de Sainte-Anne s’est démarqué par son engagement communautaire. Cette valeur essentielle est ancrée dans la mission du Comité culturel. « Le but de cette expérience n’est pas d’avoir de grandes attentes. C’est de donner le gout du théâtre à la communauté, tout simplement. »

Un des mots-clés de cette aventure : intergénérationnel. La troupe se forme petit à petit et prouve d’ores et déjà qu’il n’y a pas d’âge pour faire du théâtre. « Pour l’instant, les participants vont de dix à 80 ans. On veut que ce soit pour tout le monde, peu importe l’âge. Car les générations s’équilibrent entre elles. Ça donne une belle énergie. »

Le spectacle se déroulera surement à la fin du printemps 2018. En attendant, le Comité culturel de Sainte-Anne recrute ses comédiens, son équipe technique, et voit déjà de belles scènes à l’horizon. « Saynètes, théâtre pour le plaisir ou représentations publiques… Il reste certaines choses à définir ensemble. Mais le plus important, c’est que grâce à cette aide, tout est possible! »

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface