Bref historique

L’Université de Saint-Boniface, le premier établissement d’enseignement de l’Ouest canadien, retrace ses origines à l’arrivée de l’abbé Norbert Provencher au Manitoba en 1818. Il s’agit au départ d’une modeste résidence où le latin est enseigné aux garçons de la colonie française de la Rivière-Rouge. Une tradition d’excellence en éducation prend racine.

L'établissement, alors nommé Collège de Saint-Boniface se développe et se situe en 1855 au coin de l’avenue Taché et de la rue Masson. Entre 1866 et 1870, sous la direction de l’abbé Dugas, le Collège consolide les bases de son enseignement classique, offrant latin, grec et philosophie. Il accueille l’élève Louis Riel, qui deviendra le fondateur de la province du Manitoba.

Le Manitoba joint la Confédération canadienne en 1870. Incorporé en 1871, le Collège devient l’une des premières institutions officielles de la nouvelle province. En 1877, il participe à la fondation de l’Université du Manitoba. Le Manitoba connaît alors une immigration francophone importante, en provenance du Québec, mais aussi de France, de Suisse et de Belgique. En 1880, l’augmentation des inscriptions mène à la construction d’un bâtiment plus spacieux, à l’emplacement actuel du parc Provencher. Le Collège accueille alors trois cents élèves par année.

En 1916, le gouvernement du Manitoba interdit l’enseignement du français dans les écoles publiques. Établissement privé, le Collège poursuit ses activités et invite même les écoles publiques à braver l’interdiction. L’enseignement du français se poursuit à l’insu des autorités.

En 1922, un incendie majeur détruit le Collège, y compris tous ses registres et les 20 000 volumes de sa bibiliothèque. Le Petit Séminaire, situé au 200, avenue de la Cathédrale, est alors offert par l’archevêque de Saint-Boniface, Mgr Arthur Béliveau, pour devenir l'Université que nous connaissons aujourd’hui.

Les années soixante sont marquées par trois changements importants : l’arrivée des femmes dans les salles de classe (1959), les débuts de la formation continue (dont des cours de français oral, qui connaissent encore aujourd’hui beaucoup de succès) et la laïcisation de l’établissement (1969). En 1975, l'Université de Saint-Boniface commence à offrir de la formation technique et professionnelle, un secteur qui deviendra très important. En 1983, l'Université choisit de se concentrer sur l’enseignement postsecondaire et l’éducation de niveau secondaire est transférée au Collège Louis-Riel.

Depuis sa fondation, l'Université de Saint-Boniface est un pivot, un protecteur et un promoteur de la culture d’expression française. Elle accueille aujourd’hui une clientèle étudiante en provenance de partout et sa réputation d’excellence dépasse largement le Canada.

Source : Carole Pelchat et Michel Verrette

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface